Coupure

vendredi, août 17, 2007

Il y a coupure totale chez-moi. Internet et toute autre communication par fils, pour environ 14 jours. C’est pour permettre de meilleures fondations à la maison sur l’ile qui en a grand besoin. A bientôt.


Arum

mercredi, août 15, 2007

En se promenant en forêt feuillue humide au Québec, on peut observer une étrange plante vénéneuse qui poursuit son existence de rêve dans le secret et le silence où règne un perpétuel crépuscule. Une plante constituée d’une seule feuille enroulée sur elle même et formant un réservoir de la forme d’un cône ouvert vers le haut et recouvert d’une spathe. Cet élément bizarre, bigaré rouge sang, est de la longueur d’une main d’enfant lorsque petit, mais le plus souvent, de celle d’un adulte. En son centre, il y a une sorte de dispositif qui permet sa reproduction.

À l’intérieur de son spadice coloré, il suffit de s’y laisser descendre et là soudainement, on se voit accueillir par les vagues douces et molles d’une agréable chaleur, et surtout d’une odeur qui enivre. Dans la chambre nuptiale, chaude, se cache le mystère de la procréation. Une trouvaille réellement ingénieuse qui me rappelle que chaque créature porte au plus profond de son être un noyau immatériel inexplicable. Le reste de la journée, jusqu’à la brunante, je l’ai passé en chambre chaude avec quarante femelles et quatre cent psychidés pris au piège.

Dans les forêts tropicales de Sumatra, croit une autre Arum, géante parmi les fleurs, qui ne s’offre qu’à très peu de gens. Découverte par le botaniste italien Odoardo Beccari en 1878, on ne l’a vu fleurir que rarement. Qu’elle soit titanesque ou minuscule, l’arum reste la plus merveilleuse fleur de la terre.

La chambre chaude est une exception et une trouvaille parmi les milliers de plans différents qu’accomplissent les plantes. La nature n’est pas seulement à l’origine de l’indispensable, elle invente allégrement et nous rend la vie belle. Il n’y a que les cons pour ne pas s’en apercevoir.


Coloriage de photos

lundi, août 13, 2007

Une idée renouvelée, prise chez Fototiller – le coloriage de photos, d’images ou illustrations couleurs dont on isole les principaux traits en noir et blanc. L’auteur montre comment s’y prendre avec Photoshop – on pourrait faire pareil avec The GIMP ou Paint Shop Pro. Et pourquoi pas aussi et plus simplement avec Optimage v.1 proposé il y a quelques mois (au bas de la page). Facile à réaliser.

TUTORIEL

I. Lancer Optimage v.1

colorier1.jpg

  1. Cochez: Une seule image.
  2. Choisir l’image au format voulu, préférablement .jpg
  3. Indiquez le répertoire ou l’image à colorier sera mise
  4. Un facteur de 100% conserve l’image à la même dimension, réduire au besoin
  5. Indiquez un préfixe qui sera ajouté au devant du nom de l’image originale – laissez les autres paramètres par défaut.
  6. Cliquez sur [Filtre Expert].

II. Filtre Expert

colorier2.jpg

  1. Choisir l’option [Contours]
  2. Ajuster le filtre au besoin. En modifiant les valeurs des cases on change la sensibilité du filtre. Le diviseur contrôle la sévérité du trait. Moins on divise plus le trait est prononcé.
  3. Actualisez l’image témoin à chaque étape de modification du filtre. Note: ce n’est pas l’image originale qui est montrée mais une image qui témoigne des caractéristiques de la photo à modifier.
  4. Appuyez sur [OK]. Puis revenu au panneau précédent Appuyez sur [Générer].

L’image à colorier sera générée dans le répertoire choisi et son nom sera débutera par le suffixe choisi (par exemple: ColorierMado.jpg). Reprendre au besoin si l’image n’est pas satisfaisant. On apprendra assez rapidement à choisir les bonnes valeurs pour le filtre.

Résultat: Avant et Après (réduit 60%).

colorier3.jpg

Il suffit alors d’imprimer l’image à colorier. Bon succès.

Télécharger Optimage 1


La petite heure – au lit

lundi, août 13, 2007

Pourquoi la mer et pas la montagne. Pourquoi la gloire et pas la peine. Parce que je ne veux pas m’abîmer. Baigné de larmes bleus. On n’y échappe pas, d’aucune manière, à la propension universelle. Ce qui m’accable, ce n’est pas la montagne, mais les souris dont accouche la montagne. C’est le poids des structures. La surface de tout ce que touche politiciens et faiseux. Ce qui m’écoeure, c’est de les voir drainer des ruisseaux aulneux pour bâtir des rêves armés de béton. C’est le poids de la ville. Et ici je l’oubli. Une journée qui s’allonge dans la tiédeur d’une petite heure sous les couvertures. Enfoncé tout creux comme un naufragé – qui commence à goûter le sel, la salicorne et le jasmin. Un petit sac de graines, une chopine de vin que je choppe en passant, à bécoter la Vénus de mille Oh…


Compression Wave et Codecs

lundi, août 13, 2007

compression2.jpgCompression wave. Un premier logiciel divisé en trois partie: conversion d’un fichier wav en mp3, conversion d’un mp3 en wav et compression en vue de réduire sa taille de façon interactive – très utile par exemple pour inclure un fichier wav de petite taille mais de bonne qualité dans une présentation photos Powerpoint ou autres. Toutes les explications sont fournies avec le logiciel ou voir le complément d’information au bas de cette page. Compression Wave remplace la première version du logiciel présentée *ici* il y a un an (comme quoi il y a de l’évolution ;)

[télécharger] Une archive rar comprenant l’exécutable et une librairie dll utile pour la conversion. Le logiciel est léger et portable (aucune écriture dans le registre ou dans des dossiers systèmes), aucune installation. Les codecs utilisés sont ceux installés dans l’ordinateur. Prendre le logiciel **ici** .  Voir aussi mon logiciel de conversion plus complet:  Convertisseur Vidéo et Son Volvox.

compression5.jpgCodecs. Le deuxième logiciel, fait état des codeurs / décodeurs (CODECS) installés sur votre ordinateur. Permet aussi de découvrir la capacité de chacun à réduire la taille d’un fichier wav. La simulation force la création d’un fichier audio puis sa compression selon la méthode choisie (en fonction des codecs installés dans l’ordinateur). Production d’un rapport sur l’état des codecs. [télécharger] Une archive rar comprenant l’exécutable. Le logiciel est léger et portable. Sans installation. Prendre **ici**.

Complément d’information

Lire le reste de cette entrée »


Tout beta! SharpE et Firefox 3.0

vendredi, août 10, 2007

paradisio1.jpgC’est mon environnement ‘tout beta’ actuel. C’est ce qu’on peut voir sur la capture d’écran. J’ai travaillé sur SharpE pour l’amener à un niveau qui me plait. J’aime bien le look et les fonctionnalités – ce dont j’avais parlé **ici** pour une version précédente – à présent tout est mieux mais pas sans défauts (pour utilisateurs avertis ;). Quant à Firefox 3 beta (version développeur) c’est à peu près sans gros problèmes mais on peut dire qu’aucune extension n’est encore compatible, y compris le dictionnaire français. J’en parlerai plus tard.

compression1.jpgAutre sujet …. J’aurai terminé d’ici samedi la mise à jour de mon logiciel de conversion et compression WAV, celui présenté **ici** en première version. C’est une mise à jour majeure, incluant la conversion MP3 en WAV et la compression WAV pour les diaporamas et autres qui demandent des ‘waves’ légers. À bientôt.


La marguerite

mardi, août 7, 2007

marguerite.jpgJe connais cet endroit et je sais que je ne l’aime pas. Il y a ce je ne sais quoi de vague, de flou. Mauvais augure, décidément, je n’aime pas ça. Pourquoi me rendre ici pour me rendre compte que j’ai besoin de ma famille? Ma rationalité en prend un coup.

Je me sens bien seul dans cette aérogare à attendre l’avion du retour. Si vieux aussi de beaucoup de poids successifs accumulés sur mon dos. Liquéfié comme un yaourt passé date. Il y a pourtant un ordre à toutes choses et la sagesse me dit de laisser passer la vague.

Dans un petit espace vide de la piste, il y a une marguerite. Superbe, rasée de la lumière couchante. Quelle piste d’envol ne devrait pas avoir sa marguerite? Si on n’a pas fauché sa beauté insolente, c’est sans doute parce qu’elle est utile à d’autres. Le meilleur à prendre est son souvenir. Originaire d’Europe, introduite en Amérique par les premiers colons, et qui s’étale au ras d’une gare. Elle m’aime un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout, un peu, beaucoup… Cette image m’est restée tout le long du fleuve et du golfe clairs.

Alors, je suis à la maison, le visage illuminé du bleu de l’océan, et je souris à la marguerite dressée bien droite au ras de la porte. Putain de marguerite.

En savoir plus sur la marguerite: Dossier Marguerite à l’Agora.