[logiciel] Partage de fichiers de votre ordinateur sur une page web

vendredi, mars 21, 2008

filesharer2a445.jpgPartageur. [Mise à jour: 4-04-2008 : Version 1.3.1] Une application portable pour le partage de fichiers de votre ordinateur sur une page web accessible internet. C’est la solution la plus simple et la plus rapide pour partager de gros fichiers entre amis de façon sécuritaire et sans aucun serveur intermédiaire ou connexion P2P. Le logiciel est en fait un mini serveur web qui publie une page web dynamique affichant les fichiers partagés provenant de votre ordinateur.

Pour celui qui partage, il suffit simplement de démarrer l’application dans laquelle est spécifié le dossier à partager. L’application se charge de créer la page web dynamique accessible sur internet. On communiquera l’adresse de la page aux invités qui pourront télécharger (download) les fichiers s’y trouvant ou téléverser (upload) les leurs dans le dossier. [ A venir – version 2.0 : modèles de page web, vignettes pour photos, autorisation optionnelle par mot de passe , log des transactions.]

Lire la suite »


[logiciel] Diagnostic de la connexion internet pour les nuls

lundi, février 18, 2008

diaginternet.jpgUn utilitaire portable ultra simple à utiliser pour tester la connexion internet. L’ordinateur visé est branché sur un modem, un combiné modem + routeur, ou un modem et un routeur séparés. Accepte la connexion USB.

L’utilitaire s’adresse à monsieur, madame ‘Toulemonde‘. Il détermine si il y a une faille dans l’un des points névralgiques de la connexion: entre le PC et le modem/routeur, entre le modem/routeur et le réseau internet. Un diagnostic est posé en cas de bris. De plus, l’utilitaire révèle les adresses IP locales et publiques, soient celles fournies par le routeur et le fournisseur internet respectivement, ainsi que l’adresse du routeur (si installé) pour le rejoindre lorsqu’il est vu. Le diagnostic peut être modifié et adapté au besoin de chacun. Ainsi, vous pourrez adapter le texte pour votre mamie ou grand papa bi, ou pour vos enfants, et selon le type de connexion en cours et l’erreur se produisant.

Lire la suite »


[logiciel] Encodeur pour adresse courriel (email)

mardi, octobre 2, 2007

encodeur.jpgLogiciel qui s’adresse principalement aux concepteurs de pages web, mais aussi à ceux qui laissent des adresses courriels dans des forum acceptant le HTML (exemple). Voici un encodeur qui vous évitera possiblement bien des ennuis si vous mettez des adresses courriels sur vos pages web. En effet, de nombreux robots parcourent le web et donc votre site a la recherche d’adresses e-mail qu’ils ajoutent automatiquement à leurs bases de données. Comme la plupart de ces robots de récupération se basent sur des critères simples pour localiser les adresses, par exemple sur l’arobase (@) et la balise ‘mailto:’, il est à notre avantage de convertir ces traces connues et recherchées en des codes non identifiables.

Exemple :

Code mailto: non protégé:
<a href="mailto:adresse@email.com"> Contactez-moi</a>

Affichant « Contactez-moi » à l’écran.

Code mailto: protégé:
encode1.jpg

Affichant « Contactez-moi » à l’écran.

Lire la suite »


[logiciel] Le retour de Mickey Mail

samedi, août 4, 2007

Mon courrieleur anonyme. Je l’avais échappé dans les méandres des mes codes. Recompilé et mise à jour il est revenu sur cette page.


[logiciel] Renifleur – Surveillance Web

vendredi, juillet 20, 2007

RenifleurRenifleur – pour conserver les traces d’un passage sur internet. Un logiciel qui surveille et note toutes les pages web lues ou visitées, leur adresse et images contenues. Installé sur la barre de notification et protégé par mot de passe, il met sous examen les connexions internet de type HTTP et met en copie dans un répertoire toutes les pages visitées, les photos qui s’y trouvent et les vidéos téléchargés. La surveillance se fait à l’insu de utilisateur et ne ralenti pas la navigation. Par la suite, vous pourrez voir par adresses classées toutes les traces de ce qui a été vu et pris. Ces documents ne seront pas effacés par les outils de nettoyage tels CCleaner ou par la vidange des caches, des historiques ou dossiers internet temporaires.

Renifleur n’est qu’une introduction. Une prochaine version plus technique est prévue (Renifleur+). Avec celle-ci il sera possible de surveiller d’autres ordinateurs sur le réseau et d’y voir tout le texte reçu ou écrit dans d’autres protocoles que le Http (courriel, chat, forum de discussion etc.).

Usage et Options :

Usage habituel : lancer Renifleur, identifier l’interface réseau, indiquez l’endroit ou seront placées les traces de la navigation sur internet, bloquer l’interface par mot de passe si désiré puis appuyez sur le bouton Renifler. En réduisant [-] l’application sur la barre des tâches son accès deviendra protégé par mot de passe.

[1] Interface Réseau : le logiciel identifie les interfaces réseau disponibles. Utiliser celle servant à la connexion TCP/IP internet (habituellement celle qui n’est pas de type DIALUP si vous êtes branché haute vitesse téléphonique ou par cable – DIALUP étant le branchement téléphonique de base).

[2] Créer fichier log: option non pertinente pour le moment.

[3] Ou mettre les traces : par défaut le dossier .\data est suggéré. Ce sous dossier est créé automatiquement dans le répertoire de l’application. On peut en identifier un autre en indiquant le chemin et lui donner la propriété ‘caché‘ si l’on veut. Si l’on spécifie [4] Créer des sous-dossiers, les pages et sites visités seront répartis dans différents sous-dossiers selon la nomenclature des adresse URL ou des nom de domaine. >> Lire la suite »


Google Hacks – mp3, video, proxy

samedi, juillet 14, 2007

googlehack.jpgBienvenue sur Volvox. Comment décrire Google Hacks… On pourrait dire que c’est un outil permettant de chercher – dans des dossiers partagés sur internet – des fichiers audio, mp3 ou autres, des vidéos, des livres, des numéro d’enregistrement et mots de passe. Mais aussi, un outil permettant d’utiliser Google comme serveur proxy. La recherche est lancée sur Google à l’aide de scripts spéciaux et les découvertes sont parfois étonnantes.

Partie I . Google Hacks – mp3, videos et proxy.

Exemple d’un script de recherche rédigé automatiquement par Google Hacks – pour fichiers mp3 avec comme nom cherché: ‘cranberries‘:
-inurl:(htm|html|php) intitle:"index of" +"last modified" +"parent directory" +description +size +(.mp3) "cranberries"
Évidemment ce n’est pas ce qu’on aurait su écrire, d’où l’utilité de Google Hacks qui nous donne accès direct à ces dossiers partagés.

Résultat pour cette recherche:

googlehack2.jpg
[Téléchargement] **Google Hacks**. Logiciel légal à prendre sur le site de Blue Shirt Studio. Logiciel portable constitué d’ un seul fichier. Prendre la dernière version en liste.

[Complément] Dans le même esprit, voir aussi: G2P et Clickster. De plus, YubNub est un site qui mérite un détour pour la multitude de commandes de recherche prédéfinies qui s’y trouve dont plusieurs sont reprises par Google Hacks. Un moteur de recherche mp3? … voir: mp3-live.

Un mot sur la fonction Proxy de Google Hacks. Parce que cette option n’est pas documenté j’en glisse quelques mots: L’option Proxy nous permet d’utiliser le serveur de traduction Google comme serveur proxy. « Un serveur proxy est un ordinateur intermédiaire installé entre l’ordinateur de l’utilisateur et Internet ». Dans ce cas-ci ce sera donc le serveur de traduction de Google qui servira d’intermédiaire entre notre ordinateur et le site à visiter. A noter que le serveur proxy de Google ne masquera pas notre adresse IP (donc notre requête ne sera pas anonyme) mais l’astuce peut être utile pour contourner les ‘filtres’ mis sur un serveur local et qui nous empêchent d’aller sur certains sites. Les seuls sites bloqués seront ceux étant sur la liste noir de Google (on le sait, cette liste est particulièrement longue en Chine). Dans les faits, voici la requête de Google Hacks lorsqu’on utilise cette fonction sur un site à visiter: http://www.google.com/translate?langpair=en|en&u=
http://www.sitedefendu.com
« Sitedefendu.com » étant le site à visiter. La preuve qu’on n’y est pas anonyme: tapez http://www.whatismyip.com en utilisant cette fonction et vous y verrez votre adresse IP publique. Pour une liste de serveurs proxy anonymes, voir Public Proxy Servers.

Suite [à venir].


[logiciel] WInfoNet

samedi, octobre 14, 2006

Apercu du logicielVoilà la suite du Mini Pare-Feu présentée il y a quelques jours. WInfoNet est un logiciel qui dévoile les connexions réseaux, en particulier tout ce qui se rapporte à la connexion internet TCP/IP. Par exemple, on pourra voir toutes les connexions établies, celles en attente ou complétées. Aussi beaucoup d’autres données et statistiques sur les protocoles associés: UDP, ARP et ICMP. Avec le mini pare-feu on pourra éventuellement bloquer les connexions internet entrantes ou sortantes.

L’intérêt de WInfoNet est qu’on peut voir qui de l’extérieur est connecté sur notre ordinateur: on reconnaitra l’adresse internet (IP) utilisée par la machine connectée ainsi que le port d’entrée sur notre ordinateur. De la même manière on peut voir les connexions de notre ordinateur vers internet ou d’autres ordinateurs sur le réseau local, adresses IP et ports. Dans le menu [Afficher] c’est l’option [Table de Connexions]. On a aussi la possibilité de mettre fin aux connexions actives et de voir combien de données sont transités par le réseau. Bref, très utile pour identifier les connexions pirates et les fermer sur le champ.

Ceux qui s’y connaissent en protocoles y trouveront d’autres données et statistiques intéressantes. Il y a un menu interactif accessible avec le bouton droit de la souris. Fait intéressant: les connexions peuvent être toutes sauvegardées à la chaîne dans un fichier texte – on saura ainsi qui se connecte et à quelle heure, même pendant notre absence puisqu’il suffit de rabattre le logiciel sur la barre de notification pour qu’il y demeure actif et à l’abri. Les connexions sont ainsi transcrites dans un fichier lorsque le logiciel est en mode rafraichir automatique [Rafraichir auto.] et c’est l’interval de mesure (1, 2, 3 , 500, xxxx sec) accessible dans les [Options] qui détermine la fréquence d’écriture sur le fichier.

[Télécharger] C’est un logiciel à programmation complexe mais constitué que d’un seul fichier sans installation, il est donc portable, par exemple on pourra le faire fonctionner à partir d’une clé USB pour surveiller un ordinateur qui n’est pas le nôtre. On le prend **ICI** en format compressé rar.

[Complément] Je vais me contenter ici de donner quelques explications sur l’affichage des connexions internet. La table des connxions montre 5 colonnes affichant le protocole (TCP, UDP), l’adresse IP locale (sortante) et le port, l’adresse IP externe (entrante) et le port, l’état de la connexion et le processus. Les connexions sont surveillées dans un interval spécifié dans les Options.

Au menu on peut choisir d’afficher toutes les connexions du réseau ou seulement celles actives (celles dont le statut = ÉTABLI). Il faut savoir aussi que les connexions IP identifiées à notre machine ou celle d’un réseau local portent généralement une adresse commençant par 192.168.xxx.xxx (ou une autre qu’on aura spécifiquement nommé dans les propriétés réseau ou dans le routeur). Les adresse 0.0.0.0 et 127.0.0.1 identifient aussi notre ordinateur – au menu on pourra décider de faire afficher le ‘vrai’ nom de notre ordi plutôt que ses adresses. Vous apprendrez vite à reconnaitre les adresses IP externes – celles qui se connectent sur votre machine par l’entremise d’un port.

Par exemple sur l’image du bas, l’adresse 194.102.130.87 est une connexion externe établie sur le port 411 de mon ordinateur. Le même processus, en l’occurence DCplusplus.exe, a ouvert une connexion locale sur mon ordi (192.168.0.100) mais celle-ci nous intéresse peu. La connexion ‘ÉTABLI’ signifie que des données sont actuellement en transit ou pourraient l’être par le port identifié. Une connexion ‘EN ÉCOUTE’ identifie un port ouvert prêt à recevoir une demande de connexion – il est à l’écoute. Ainsi, toutes les connexions ou port dont le statut est ‘ÉTABLI’ ou ‘EN ÉCOUTE’ sont des portes d’entrées ouvertes vers notre ordinateur. Une connexion en écoute se ferme après un certains temps (défini par le serveur d’une machine externe ou la nôtre), ce sont les états ‘TIME_WAIT ‘ et ‘CLOSE_WAIT’ (je ne vais pas entrer dans les détails mais on pourra trouver ces informations sur internet).

Identification de l’adresse externe:

D’abord je signale qu’on peut obtenir le nom générique de l’adresse IP affichée au tableau. Pour ce faire il suffit de cocher l’option NOMS au menu du logiciel. À partir de ce nom ou tout simplement avec l’adresse IP il nous est souvent possible de localiser l’adresse administrative du serveur, ainsi que d’obtenir plusieurs autres renseignements sur son administration. Pour ce faire, il suffit d’utiliser un service WHOIS (identification de nom de domaine) disponible en quelques endroits sur internet ou comme logiciel à part. Pour internet ma préférence va pour DomainTools (Name Intelligence Inc.) ou avec un peu de chance on pourra localiser précisément le serveur connecté, l’adresse postale, un numéro de téléphone et les responsables.

Exemple d’interrogation en ligne avec l’outil DomainTools – Recherche de laposte.net, nom apparu en tant que connexion active dans WinInfoNet – sel un court extrait est affiché ici:

winfonet3.jpg

Protection:

Apercu de mini pare-feuAvec le Mini Pare-Feu on pourra facilement bloquer les adresses IP externes ou les ports qu’on souhaite ne pas voir se connecter ou s’ouvrir. On pourra le faire autant à l’entrée qu’à la sortie (Note: fait important à connaitre si vous utilisez le pare-feu intégré de Windows – il ne permet de bloquer que les entrée, pas les sorties).

[NOTE]: Le fichier log des connexions internet de WInfoNet peut devenir très volumineux si elles sont inscrites automatiquement et à la suite à chaque seconde. Dans le cas d’une surveillance du réseau en utilisant un log voir à ce que l’interval de lecture soit assez grand, par exemple au 10 ou 30 minutes ou plus (600 ou 1800 sec. ou plus) .