La petite heure… pots en ciel

Québec, début octobre 2007. Il faut chaud. En pleine canicule d’automne. Sous la moiteur du matin, la ville encore endormie embaume ses pavées, ses jardins et ses femmes.

Un appartement sous les combles. Mon cocon depuis deux semaines. Dans la chambre, un lit, une table de travail, deux chaises et une fenêtre qui laisse pénétrer ce qui reste de lune.

J’ai dû passer la nuit blanche pour finir un texte. Au fils du temps qui passait je ne me suis pas rendu compte que le jour se levait presque. J’ai fermé ma lumière et j’ai alors réalisé qu’elle et moi venions de passer environ dix heures ensemble sans rien d’autre, et que là moi, j’avais terminé mon travail, et elle pouvait s’éteindre car le jour était arrivé. C’était un peu comme si elle et moi avions ‘rushé’ ensemble et que là nous pouvions nous reposer.

En peu de temps, cette pièce était devenue mon chez moi, la lampe est devenue ‘ma’ lampe, le lit, ‘mon’ lit. Cette vieille maison renferme des trésors de banalité, de pas racontable, de rien de spécial. Blottie à l’ombre des remparts du vieux Québec depuis plus de 200 ans, elle abrite au bas ce couple qui se ratatine et plus bas encore, des pots. Maison et maisonnée vieillissent ensemble du même temps, de la même usure. Toutes deux recroquevillés, se vouant passionnément à l’ordinaire pour les uns, aux touristes pour les autres.

Tout est réuni pour l’intimité. Je suis cette personne rapaillée,
j’ai fait de plus loin que moi un voyage abracadabrant,
me voici en moi comme une homme dans une maison qui s’est faite en son absence.

« Je te salue silence
je ne suis plus revenu pour revenir
je suis arrivé à se qui commence ».

potsenciel.jpg

Au dessus des pots en ciel!

Publicités

2 Responses to La petite heure… pots en ciel

  1. La maison qui sest faite en son absence…quelle belle phrase…
    La mienne s’est défaite et lentement refaite…Je n’attends plus personne…car attendre est une perte de temps…et je n’ai plus de temps pour le temps.
    Sylvaine

  2. volvox dit :

    C’est parce qu’il y a trop
    Trop de sujets
    Trop de secrets
    Trop de chefs
    Trop de faux amis
    Trop de choix
    Trop d’yeux sur le même cadeau
    Trop de polices d’assurance
    Trop de dépenses
    Trop d’humains
    Trop d’infections
    Trop de choses possibles
    Trop de remises à jour
    Trop de mauvais jours
    Trop de commentaires
    Trop de bonnes idées
    Trop de nuisances
    Trop de censure
    Trop de définitions
    Trop de chaleur
    Trop de pluie
    Trop de peine
    Trop de poids
    Trop d’oublis
    Trop de crédit
    Qu’on a plus le temp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :