Les zigadènes

Un des plaisirs de mon grand-père était d'aller pisser, la brunante venue, sur les zigadènes au coin de la vieille grange faisant face au fleuve. Il disait que ça les faisait pousser plus vite. Des fleurs qu'on dirait faites de cire. En l'occurence, elle sont jaunes !

Un autre plaisir était de voir sa journée ponctuée par le passage des bateaux. Si quelques uns étaient des visiteurs réguliers, descendant et remontant inlassablement le fleuve à intervals fixes, d'autres avaient un horaire imprévisible, mais chose certaine: s'ils descendaient, ils devaient un jour remonter. D'autres bateaux encore lui étaient parfaitement inconnus, les repères étaient à faire.

Avec des jumelles, on distingue parfaitement le nom des grands navires. Le N_ i__ a_ g a r a, qui aujourd'hui transporte des céréales en provenance des prairies de l'ouest canadien, le Venture, avec sa cargaison d'alumine en cale, on n'y voit que la poussière blanche sur le pont, le Cap Pierre approvisionnant en pétrole fin Ies iles françaises de Saint-Pierre et Miquelon. La fin de semaine dernière c'était l'immense Cap Laurent, long comme la batture aux quenelles, transportant du pétrole lourd en provenance de l'Afrique vers la raffinerie de Québec, la plus grande de l'est du Canada. Et encore plein d'autres navires, comme les magnifiques Queen Elisabeth et Queen Mary 2. C'est qu'il est grand et passant ce fleuve: en face, large de douze kilomètres, six-cent pour rejoindre les Grands-Lacs au sud, autant sinon plus pour rallier le golfe et la haute mer vers le nord-est.

À chaque coup, je ne peux m'empêcher de penser à la catastrophe. Un des ces grands pétroliers, il peut en passer une dizaine dans un mois, qui dans un brouillard vient se fracasser sur le cap ou s'éventrer sur les hauts fonds qui abondent d'ici la ville de Québec, coule corps et huile en l'espace de quelques minutes en répandant toute sa saloperie sur la batture et ses couillons. Je crois bien que rien ne nous prépare à une tel accident, ni les hommes qui se disent préparés, ni la batture et sa végétation, ni les centaines de milliers d'oiseaux des rivages.

Il y a trois jours j'ai cherché la zigadène pour lui pisser dessus. Pas moyen, elle a belle et bien disparue!

[Complément d'information] Une zigadène ? …. voir ici, et pour la faire pousser. La batture, c'est cette partie du rivage que la marée descendante laisse à découvert. Plus sur la Voie Maritime du Saint-Laurent. La raffinerie Ultramar en face Québec traite quotidiennement plus de 270000 barils/jour de pétrole brut, entièrement acheminé par bateau, la plupart venant de l'Afrique. Sur le parcours, entre le Cap et Québec, se situe la réserve nationale de Faune du Cap-Tourmente accueillant sur ses battures chaque automne et printemps des centaines de milliers d'oies des neiges.

Zygadène glauque

zygadene glauque

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :