Biologie des passions

hypothalamus2.jpgSommes nous bêtement l'esclave de nos passions? Si on exclus le temps occupé à avoir faim, soif, à être éperdu de désir, à retenir ou à satisfaire nos besoins de puissance ou d'affection, quel autre temps nous reste-il? Toute une charge émotive véhiculée par nos hormones que tente de mettre au clair Jean-Didier Vincent dans Biologie des Passions

"Prenez un individu normalement constitué et, grâce à une fine canule introduite dans son cerveau, saupoudrez une étroite parcelle de son hypothalamus d'une pincée de lulibérine (GN-RH) et votre cobaye, pour peu qu'il ait une partenaire bien disposée à sa portée, se livrera sur l'heure à une violente et répétitive activité amoureuse."

L'histoire est inquiétante, mais soyez rassurés, l'individu en question n'est qu'un rat de laboratoire. Premier billet parmi quelques autres sur ce livre passionnant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :